Rester jeune pour toujours : Faudra-t-il « payer le prix » pour conserver sa jeunesse ?

Par Rémy LOUIS, auteur de « Jeunesse illimitée… »

Au-delà des mythes, quels sont les moyens actuels et concrets d’accéder à une jeunesse plus durable ?

C’est tout l’objet de la partie « Jeunesse illimitée… » de ce blog, et nous y viendrons progressivement. Mais commençons par un état des lieux : au début du vingt et unième siècle, et avant l’avènement des NTBEAA (Nouvelles Technologies du Bien-Être Anti-âge), comment peut-on faire pour retrouver, ou conserver, le plus longtemps possible, l’apparence, et surtout les sensations de bien-être connues pendant notre jeunesse ?

Notre quête sera divisée en deux parties, elles mêmes subdivisées en deux sous parties.

En effet, nous distinguerons les moyens connus, utilisés et (relativement) largement diffusés depuis la fin du vingtième siècle, de ceux qui sont apparus ou ont commencé à être mieux diffusés au vingt et unième siècle : les nouvelles technologies du bien-être anti-âge, ou NTBEAA. Au sein de chacune de ces deux catégories, nous identifierons d’une part les approches qui autorisent ou utilisent des molécules chimiques ou le bistouri, par opposition aux techniques non invasives et non chimiques.

Par techniques non invasives, nous entendons les techniques qui ne font entrer aucun objet ou substance dans le corps. Par non chimiques, nous entendons les approches qui font ingérer uniquement des substances qui se trouvent déjà naturellement dans le corps ou dans la nature, ce qui exclut toute molécule chimique de synthèse.

Et ce point est particulièrement important, et le sera de plus en plus à une époque où, après les scandales des prothèses mammaires Pips,  celui, plus économique, du sur stockage (pour un coût de près d’un Milliard d’Euros !!!) de l’inutile vaccin contre la grippe H1N1, après l’insupportable affaire du Médiator, survient l’inacceptable affaire « Diane35 ». La société découvre, ahurie, que les pilules contraceptives, dites de troisième et quatrième génération tue de jeunes femmes ou leur causent de graves troubles cardio-vasculaires.

La défiance à l’égard des médicaments chimiques et des laboratoires ne peut que légitimement monter. On peut donc prévoir que les approches non chimiques et non invasives seront privilégiées dans les programmes pour rester jeune à l’avenir.

Ecrit par

Rémy est administrateur du site et passionné par tout ce qui touche aux NTBEAA. Que ce cache t-il derrière cet acronyme indigeste ? Tout simplement les Nouvelles Technologies du Bien-Être Anti-Âge… Comme exposé dans son ouvrage « Jeunesse illimitée… » n’entrent dans le champ des NTBEAA que des technologies à la fois innovantes, sans molécules de synthèse et strictement non invasives.

Les commentaires sont clos.